Catherine Izzo - Photographe

 

Paysages anatoliens

 

L'infini.
Les interminables routes toutes droites et impeccables, — où vais-je arriver ? — et puis parfois la piste, les petits villages de terre — un minaret blanc s'élance — des rizières inattendues, les vieux caravansérails restaurés, d'autres mangés par la végétation envahissante, les champs de pavots interminables, les troupeaux de chèvre au poil si long et si noir, de vieux cars branlants, et puis, comme des oasis, quelques grandes villes — en banlieue, on construit à tout va d'affreux immeubles aux couleurs fades.
Et puis, l'accueil des Turcs.
Des jours et des jours à photographier la steppe anatolienne...
Le silence. Quelque chose comme le désert.

 












 

Lettre d'information :     Inscription     Désinscription

english version

Mentions légales